Style

En établissant le Shorinjiryu Kenkokan Karatédo, le fondateur donna aussi une sérieuse considération aux aspects psychologiques du Karatédo. En même temps que les élèves construisent un physique fort adapté à la self-défense, il ou elle gagne simultanément en assurance et en respect de soi-même. L’élève acquiert le calme nécessaire pour la maîtrise de soi-même face à une situation dangereuse et de cette façon, ne devient pas la proie de la crainte et de l’excitation qui affecte une personne non entraînée de façon professionnelle et scientifique. L’état d’esprit devient calme et la tendance au combat et à la bagarre disparaît, sauf quand il s’agit de se défendre soi-même ou de défendre l’amour de son prochain.

Une des formes la plus récente de Karatédo pratiquée de nos jours à travers le monde est appelée le Shorinjiryu Kenkokan Karatédo.


Cette école a été fondée juste après la seconde guerre mondiale par Kaiso

Masayoshi Hisataka dans la préfecture de Fukuoka, Kyushu.Kaiso Hisataka

avait découvert certaines faiblesses dans les formes originelles de Karatédo,

ce qui l’avait dérangé.

Ainsi il se mit à entreprendre la création d’une forme forte. Pour augmenter sa connaissance, il entreprit une soigneuse et analytique étude d’une variété d’arts de combat asiatique, aussi bien les techniques instinctives et naturelles de combat des animaux sauvages tels que le tigre, la grue, le taureau et même le serpent. Il élimina ce qu’il considérait comme impraticable et inutile pour émerger finalement avec une forme de Karatédo qui était à la hauteur de son seul haut standard : le Shorinjiryu Kenkokan Karatédo.

Le Shorinjiryu Kenkokan Karatédo fut ainsi nommé par Kaiso Hisataka en honneur aux trois des plus grandes influences dans le développement de sa forme de Karatédo – l’Okinawan Shorinjiryu Karaté (tode), le Chinese Shorinji kempo, le Ryukyu Kudaka jima Shishiryu bo jutsu et le Kudakaryu karate jutsu. Le Shorinjiryu Kenkokan Karatédo est un mélange pratique de techniques de poing, de pied, de frappe, de balayage, de saisis et d’étranglement. En plus, le Shorinjiryu Kenkokan Karatédo comporte aussi l’entraînement avec les armes et avec l’équipement de protection (anzen bogu, Koshiki). Ces méthodes supplémentaires d’entraînement augmentent les réflexes des élèves et accroissent leur rapidité.

(extrait du livre "Essential Shorinjiryu Karatedo" par Masayuki Kukan Hisataka, 1994)